Tous les articles par Romain Bourdu

Comment va-t-on se souvenir de vous ? [L’effet Scrooge]

© Leonid Tishkov

 L’article, qui suit, s’éloigne un peu de la ligne éditoriale habituelle. J’ai d’abord songé qu’il était plus raisonnable de le mettre au placard, en vain. Je n’arrive pas à m’en défaire. Et là, maintenant, j’ai envie de vous le délivrer. Pour dire vrai, c’est un décès récent dans ma famille, qui en est à l’origine. 

Je me rappelle, avec précision, de ce moment où j’ai entendu ma mère rendre hommage à sa propre mère. Ça m’a bousculé, remué bien plus vivement que je ne l’aurais imaginé. Je me souviens aussi du sentiment qui a suivi. Je me sentais infiniment fragile. Renvoyé à ma propre vie et à son achèvement. Inéluctable. Au fait, Romain qu’est-ce qui est important pour toi ? Quelles traces vais-je laisser ?

Dans la voiture qui me ramenait sur Paris, un conte populaire de Charles Dickens, m’est assez vaguement revenu en mémoire. J’ai, depuis retrouvé son titre : un chant de noël. La fable met en scène un vieillard détestable, Monsieur Scrooge. Cet être égoïste et avare reçoit, la veille de Noël, la visite de trois fantômes. Le premier et deuxième esprit, représentant le passé et le présent, viennent tour à tour lui montrer à quel point son comportement l’a voué à la solitude et au malheur. Mais c’est seulement le troisième fantôme venant de temps futurs qui décide Scrooge a devenir plus généreux et aimant. Comment ? Ce dernier esprit lui dévoile des funérailles auxquelles personne n’assiste, une tombe rapidement recouverte par les mauvaises herbes.

La mort, si taboue mais somme toute si naturelle, a cela de particulier ; elle vous renvoie, sans ambages, à vos relations avec la personne disparue, à ce que vous faites, à qui vous êtes. Ici et maintenant. L’urgence de Vivre qui parfois en découle, remet en question nos comportements habituels.

Il est surprenant de voir comment certaines recherches astucieuses viennent asseoir cette intuition. Je pense notamment à ces chercheurs en psychologie sociale qui ont montré que le simple fait d’être arrêté devant des pompes funèbres – plutôt qu’un magasin lambda – nous pousse à nous montrer plus généreux envers les organismes caritatifs.[1] Etre confronté – même de manière inconsciente –  à la mort, influence nos priorités.

Par ailleurs, un autre chercheur (Peterson) montre qu’il est bénéfique de penser au souvenir que l’on laissera aux autres après notre mort.[2] Il propose ainsi un exercice simple mais qui a fait ses preuves ; écrire son éloge funèbre… C’est à dire écrire le discours que vous aimeriez que votre conjont(e), vos enfants, vos amis… tiennent sur vous. En quels termes seriez-vous décrit ? Que diraient ils de votre caractère, de vos accomplissements, de vos points forts, de votre vie de famille, de votre parcours professionnel… Que sais-je encore ! Placez la barre haute mais atteignable.

Et une fois ceci fait, relisez-vous. Est-ce que votre comportement actuel justifie un tel éloge ? Sinon que vous faut-il encore travailler ? Quels moyens pouvez-vous mettre en oeuvre ? Il est essentiel de procéder à cette comparaison, les émotions peut-être inconfortables qui émergeront, seront la source de votre future motivation.

La consigne peut paraître déroutante mais elle a le mérite de vous recentrer sur les points qui vous tiennent à coeur, de générer une motivation à long terme et, en reprenant, de temps en temps votre discours, de mesurer les progrès accomplis.

Faites-vous, faites-leur ce cadeau. C’est (bientôt) Noël.


[1] Jonas, E., Schimel, J., Greenberg, J., & Pyszczynski, T. (2002). The Scrooge effect: Evidence that mortality salience increases prosocial attitudes and behavior. Personality and Social Psychology Bulletin, 28, 1342-1353.

[2] Peterson, C. (2006). A Primer in Positive Psychology. New York: Oxford University Press.

Cité dans la Revue Défense Nationale !

L’année dernière, avec le Dr Rodet, j’ai rédigé une tribune pour la revue de l’Association Nationale des DRH.

Un lecteur attentif (merci à lui !) vient de me signaler que celle-ci est maintenant citée en référence d’un article, intitulé « Autonomie et responsabilité : pour en finir avec la dictature des indicateurs », publié dans la Revue Défense Nationale.

Merci donc à son auteur, le lieutenant-colonel Guillaume Dujon, qui a mis en lumière et en lien – de manière pertinente – les nouveaux enjeux du management civil et militaire. Par ailleurs, comme vous pouvez vous en douter, je suis absolument ravi de constater que ces idées se développent et se diffusent dans des champs aussi variés !

>> L’article – que je vous invite à consulter (!) – est disponible ici.

Une (courte) histoire pour mieux profiter de la vie !

Ce soir, j’ai envie de partager avec vous, l’une de mes histoires préférées. Depuis tout petit, j’adore les histoires. C’est peut-être bête à dire – mais celle-ci, c’est ma première amoureuse qui me l’a lu. Forcément…

Alors l’histoire se déroule dans un village où vivent un homme très riche et un homme très pauvre. Ils ont tous deux, un fils. Un matin, par une drôle de coïncidence, les deux pères  décident de monter avec leurs fils au sommet de la même colline. La famille aisée est rapidement transportée par de vigoureux chevaux. Arrivé au sommet, l’homme très riche désigne d’un geste, le paysage et dit à son fil :

– Regarde, un jour tout cela sera à toi !

Puis ils repartent.

De leurs cotés, l’homme très pauvre et son enfant escaladent péniblement la colline. Arrivés au sommet et un peu essoufflés, le père propose à son fils de s’asseoir.

Il lui montre le vaste paysage qui s’étale sous leurs yeux. Ici, une rivière qui serpentent entre deux vallées. Là, une verdoyante prairie parsemée de fleurs, roses, blanches et violettes. Quelques oiseaux s’envolent.

Et il lui murmure simplement :
– Regarde.

 

Prenez simplement le temps de profiter de ce que la vie vous offre…

Les recherches qui ont mené à cet article : « Histoire sur la vie, histoire pour motiver, METAPHORE POUR LE STRESS, une courte con, une courte histoire, une petite histoire sur la vie ».

Quelle est la langue naturelle de l’être humain ?

 
 © Elodie Bourdu.
 C’est la question que se pose l’Empereur Fréderic II de Hohenstaufen. 
L’homme est à la tête du puissant Saint Empire Romain Germanique. Et nous sommes au 13ième siècle après J-C. Parlant au moins six langues, le personnage est pour le moins cultivé et original. Il s’entoure de savants venant du monde entier, se passionne pour les beaux arts et se livre à des expériences scientifiques. En ce jour, il désire ardemment trancher une question : quelle est la langue originelle de l’être humain ? Est-ce le latin ? Où serait-ce plutôt le grec ? … Il entreprend ainsi une expérience afin de découvrir quelle serait la langue qu’un être humain choisirait, sans l'influence du monde extérieur.
 

Témoignage du moine Salimbene

[quote] Aussi demanda-t-il à des nourrices d'élever les enfants, de les baigner, de les laver, mais en aucune façon de babiller avec eux ou de leur parler, car il voulait savoir s'ils parleraient l'hébreu, le plus ancien des langages ou le grec, ou le latin, ou l'arabe, ou peut-être encore le langage des parents dont ils étaient issus. Mais il œuvra pour rien, car tous les enfants moururent… En effet, ils ne pouvaient pas survivre sans les visages souriants, les caresses et les paroles pleines d'amour de leurs nourrices.[1]  [/quote]
Ainsi bien que les besoins vitaux des enfants fussent comblés, ceux-ci périrent… simplement par manque d’affection. Certains pourraient remettre en doute une sombre expérience, faite il y a plusieurs siècles. Mais au 20ième siècle, René Spitz, célèbre psychiatre et psychanalyste américain a re-découvert (notamment dans les orphelinats) les conséquences de carences affectives chez les jeunes enfants. Correctement nourris mais privés de chaleur humaine, les enfants dépérissent peu à peu physiquement et psychiquement.[2]

Les observations de Spitz

- Au 1er mois : l’enfant va se mettre à pleurer sans raison, sera triste et recherchera le contact avec tout adulte à proximité.
- Au 2ième mois : on constate un arrêt du développement, une perte de poids. 
- Au 3ième mois : il y a un refus du contact. L'enfant reste couché à plat ventre sur le lit, a des insomnies, refuse la nourriture, attrape facilement des maladies, et demeure anxieux et indifférent. Le retard du développement psychique et physique se généralise. 
Cette découverte a permis de faire évoluer les conditions de vie des nourrissons séparés de leurs parents. Les structures médicales et sociales, prennent désormais en considération l’importance de la chaleur humaine pour le bon développement des enfants. 
 

Le besoin d’affection prime à tous les âges de la vie


 

Deux chercheuses ont cherché à étudier l'importance, selon l'âge, des différents besoins énoncés dans la théorie de Maslow [3]. En effet, celui-ci hiérarchise les différents besoins ou motivations de l'humain. Ainsi pour Maslow nous devons d'abord satisfaire les besoins élémentaires (physiologiques, sécurité...) pour pouvoir satisfaire des besoins plus complexes (d'amour, d'estime, d'accomplissement...). Sur le plan rationnel, ce modèle, simple à comprendre, est séduisant.  Mais de nombreuses données montrent que ce n'est pas vraiment ainsi que l'être humain fonctionne. Les différents besoins cohabitent. D'ailleurs les deux expériences précédentes montrent que même si le petit humain est dans un environnement sécurisé et que ses besoins physiologiques (nourrriture, sommeil..) sont satisfaits, il dépérit. Et comme le rapporte Alain Lieury, professeur de psychologie cognitive : «l'observation ou les biographies montrent que certaines personnalités ont un besoin de réalisation si fort qu'il prime sur les besoins physiologiques : Marie Curie fut trouvée plusieurs fois inanimée par le manque de nutrition au cours de ses études de médecine...».  
Les deux chercheuses en question, ont demandé à des sujets de 9 à 80 ans de classer leurs besoins par ordre d'importance. Résultats : un besoin prédomine largement quel que soit l'âge ; le besoin d'affection !
Très bien. Et notre question initiale...  

Quelle est la langue naturelle et universelle de l’être humain ?


Je pense que maintenant vous  savez.

  Ps : Au travail, vous pouvez nommer cela plus pudiquement : la gratitude, les félicitations ou encore les encouragements. Pour savoir comment faire, un ouvrage : "se protéger du stress et réussir". Cliquer ici. 
__________________________________________________________
 [1] Témoignage du moine Salimbene, relaté dans  Chronique (Chronica) 
[2] Syndrome connu par les professionnels de la santé sous le nom d'hospitalisme. Les troubles peuvent être réversibles, si l'enfant reçoit l'affection nécessaire. 
[3] La hiérarchisation des besoins ou motivations de l'être humain a eu un vrai retentissement, notamment dans le domaine de la vente, (la célèbre pyramide de Maslow ! ). Mais elle est aujourd'hui, très contestée par la communauté scientifique. D'ailleurs, l'étude en question ne parvient pas à valider le modèle.

Les recherches qui ont mené à cet article : « experience enfants carences empereur, frederic II de prusse expériences langue universelle ».

La fable des casseurs de pierres

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous, une petite fable attribuée à l’écrivain Charles Peguy. Elle vous permettra de découvrir ce qui pousse les gens à agir et réussir. Une talentueuse amie graphiste, Julie Checconi a eu la gentillesse de l’illustrer. Merci Julie.  Et tout de suite, place à l’histoire…

En se rendant à Chartres, Charles Peguy aperçoit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Les gestes de l’homme sont empreints de rage, sa mine est sombre. Intrigué, Peguy s’arrête et demande :

– « Que faites vous, Monsieur ? »

– « Vous voyez bien », lui répond l’homme, « je casse des pierres ». Malheureux, le pauvre homme ajoute d’un ton amer : « J’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Mais je n’ai trouvé que ce travail pénible et stupide ».

Un peu plus loin sur le chemin, notre voyageur aperçoit un autre homme qui casse lui aussi des cailloux. Mais son
attitude semble un peu différente.  Son visage est plus serein, et ses gestes plus harmonieux.
– « Que faites vous, Monsieur ?», questionne une nouvelle fois Peguy.
– « Je suis casseur de pierre. C’est un travail dur, vous savez, mais il me permet de nourrir ma femme et mes enfants. »
Reprenant son souffle, il esquisse un léger sourire et ajoute : « Et puis allons bon, je suis au grand air, il y a sans doute des situations pire que la mienne ».
Plus loin, notre homme, rencontre un troisième casseur
de pierre. Son attitude est totalement différente. Il affiche un franc sourire et il abat sa masse, avec enthousiasme, sur le tas de pierre. Pareille ardeur est belle à voir !

« Que faites-vous ? » demande Peguy

« Moi, répond l’homme, je bâtis une cathédrale ! »

La fable des casseurs de pierres, attribuée à Charles Peguy.

Remy Julienne, l’un des cascadeurs français les plus réputés, racontait à sa manière la même chose. Il n’éprouvait aucun plaisir, à faire, l’un de ses premiers jobs. Déménageur. Passionné, qu’il était, par la moto. Jusqu’à ce qu’il prenne conscience que ce boulot alimentaire avait un second intérêt. C’était une excellente occasion de développer sa musculature. Plus musclé, il savait qu’il pourrait améliorer ses performances et ses acrobaties en motocross.  Son action prenait sens. De là, il se mit à prendre plaisir à porter, chaque carton, chaque objet, chaque meuble. Quant à ses performances, il fut sacré dès 1957, Champion de France de moto-cross. Et connut par la suite une formidable carrière en tant que cascadeur et coordinateur de cascades (La Grande Vadrouille, plusieurs James Bond, Taxi..).

[newsletter]

Les recherches qui ont mené à cet article : « 3 tailleurs de pierre, allegorie du tailleur de pierre, avantage des casseurs de pierre a madagascar, fable du casseur de cailloux, texte tailleurs de pierre ».

STRESS : je me sens sous pression

« Celui qui a une montre n’a pas le temps » (dicton africain)
« Celui qui a une montre n’a pas le temps » (dicton africain)

Note : Cette belle photographie, est de l’artiste français Vincent Bousserez

Stress : je suis sous pression

Le titre est plutôt  intimiste, n’est ce pas ?  Il m’a été soufflé par Google. En effet, celui-ci m’a – très aimablement – démontré que personne ne chercherait sur le web, mon titre initial : « L’être humain sous pression« . Il avait pourtant plus de gueule. Vous en conviendrez.

Bref, je m’incline. Néanmoins, l’anecdote est instructive. Les internautes par leurs pratiques modèlent Google et celui-ci, exerce également une influence sur les producteurs de contenu, comme les blogueurs. Ceci découle de la Loi, fort simple : « sur internet, on écrit pour être lu » ! Cette relation d’influence réciproque entre les humains et la technologie est fascinante. Je veux ici, l’analyser en la rapportant à l’accélération de notre mode de vie.

Humain sous pression

Tout va plus vite. Nous pourrions mentionner, pèle mêle et sans chercher l’exhaustivité : l’ére du Fast food, du speed-dating, du bombardement d’infos continues, des twitt, retwitt et du célèbre Facebook (formidable outil qui permet à la fois d’admirer les photos de sa ravissante collègue en maillot de bain, de faire éclore des révolutions et d’organiser des apéros géants. Sans doute pour inviter la charmante collègue, ou  fêter les révolutions).

Je sais de quoi je parle. Je suis de la génération Y.[1] Le « Digital native » que l’on m’appelle. Vous savez cette génération qui veut tout, tout de suite. Et qui n’aime pas être contredite. Mais mise à part cette exécrable insoumission à l’autorité, les nouvelles technologies ont d’autres répercussions. Ainsi elles demandent – aux différentes générations – une  réactivité, sans précédent. En plus de notre travail, nous sommes amenés à gérer, en moyenne, une trentaine de mails et autant de problématiques chaque jour.[2] Ne pas répondre à une demande faite par mail la veille, devient à notre époque extrêmement malvenu. Le téléphone portable, quant à lui, permet et exige, une disponibilité constante La sollicitation est immédiate. Le traitement se doit d’être instantané.

Bienvenue dans la culture de l’urgence

Nous assistons dans le même temps à un accroissement de la quantité d’information, à une info de plus en plus complexe et à une diminution de son temps de traitement. La littérature scientifique solde notre compte : la surcharge informationnelle nous conduit à une surcharge cognitive. [3]

Bref, l’accélération de notre mode de vie, conduit à une mise sous tension permanente de l’être humain. Ainsi, une étude canadienne, citée en 2006 par la psychologue, Marie-Odile Lamarche, explique que l’être humain est programmé pour résister à 5 voir 7 sources de stress par semaine. Or, il en subit en moyenne… 50 par jour. Selon, le CREDOC, le nombre de personnes stressées a doublé en 10 ans.

Nos béquilles chimiques

Nous avions vu dans cet article « Stress : Pourquoi sommes-nous si vulnérables ? [Le paradoxe] » que nous anesthésions notre mal être, à coup d’anxiolytiques, d’antidépresseurs et autres tranquillisants. Pour s’adapter à une société hyper-moderne aux exigences d’hyper-performance et d’hyper-consommation, certains ont recours aux petites pilules pour booster… non pas ça enfin… plus haut… pour booster le cerveau. Ce que l’on appelle les psychostimulants. Histoire de tenir le coup et de parachever son hyper-moi. Mais des psychostimulants, ne faites pas les innocents, vous en consommez aussi.


Le café par pheneu_et_meleu

Un petit café ?

Le thé et surtout le café sont les psychostimulants les plus bus au monde. La consommation de café a considérablement augmenté au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui, 90% d’entre nous en buvons régulièrement. Mais ça c’est le moyen classique pour socialiser et travailler la journée. Maintenant, il y a mieux, il y a plus stimulant, il y a les boissons énergisantes. (Presque un slogan !) Red Bull et compagnies… Pour se requinquer, on peut les boire la journée et pour passer une soirée hyper-fun, on les mêle à l’alcool. Mais  toutes ces béquilles chimiques ne résolvent pas le problème. Les cas d’épuisement professionnel ou Burnout, ont de beaux jours devant eux.

Dans notre univers de haute technologie, cette course au temps ne se fait pas en pleine nature. Elle n’a pas de départ et d’arrivée. Elle se déroule sur un tapis roulant. Il ne s’agit pas d’aller plus loin mais de tenir le rythme, histoire de ne pas se faire éjecter.

« Alice demande alors : Mais, Reine Rouge, c’est étrange, nous courons vite et le paysage autour de nous ne change pas ?  Et la reine répondit : Nous courons pour rester à la même place. » Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir, la suite d’Alice au pays des merveilles.

NB : En relisant mon article, je m’aperçois que le tableau dépeint n’est pas des plus joyeux. Mais je crois qu’il montre surtout que vous n’êtes pas seul(e) dans cette situation. Dans une société qui cultive l’apparence, nous pouvons rapidement nous sentir plus fragiles que les autres et nous en vouloir pour cela. Cette culpabilisation vient alimenter un cercle vicieux de souffrances. Je pense qu’il est essentiel d’appréhender – sans fard – la situation globale. Dans d’autres articles, je me chargerai de vous montrer, les voies qui permettent d’aller vers un véritable bien être.

En attendant, je vous propose une conférence amusante et particulièrement intéressante, que j’ai découverte en faisant des recherches sur l’essor d’un mouvement en réaction : le slow time. Le journaliste et écrivain Carl Honore, vous explique ici ses alternatives pour vivre moins vite mais vivre  mieux. Ou comment ralentir, pour ne plus manquer de temps !


[1] Le terme génération Y s’applique aux personnes nées entre 1980 et 1996.

[2]http://www.journaldunet.com/ebusiness/crm-marketing/en-chiffres/comment-les-europeens-utilisent-l-e-mail/une-trentaine-de-nouveaux-e-mails-par-jour.shtml

[3] Surcharge informationnelle, urgence et TIC.  L’effet temporel des technologies de l’information. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/15/51/19/PDF/HIM_A.pdf

[newsletter]

Les recherches qui ont mené à cet article : « être sous pression ».

Stress : Pourquoi sommes-nous si vulnérables ? [Le paradoxe]

Nos conditions de vie se sont profondément améliorées au cours des siècles. Bien que la crise ait tendance à nous le faire oublier ; à l’heure actuelle, nous bénéficions d’un niveau de vie moyen, sans précédent, dans l’histoire de l’humanité. Très bien.

Il n’empêche que le niveau de vie, si cher aux économistes, renvoie seulement  à la quantité et la qualité des biens que l’on peut s’approprier. Ce qui, vous le conviendrez, est très différent de la qualité de vie. Et c’est là que le bas blesse. En effet, si le niveau de vie moyen s’améliore, la qualité de vie pourrait bien, quant à elle, se détériorer. La surconsommation actuelle d’anxiolytiques, d’hypnotiques et d’antidépresseurs en témoigne. La quantité d’anti-dépresseurs vendus par habitant, a doublé rien qu’entre 1990 et 2003.[2] Ce phénomène est un des témoins d’un réel mal-être de la population. Par ailleurs, à peine connu, il y a 50 ans, le stress est dorénavant sur toutes les lèvres. Certaines études cliniques révèlent que près de trois quart des consultations chez un médecin sont motivées par le stress.

Vous avez dit paradoxal ?

Alors que nous bénéficions pour la plupart, d’un confort matériel plus élevé que ceux de nos parents, nous révélons dans le même temps, une réelle fragilité. Le  confort nous rendrait donc plus fragile ?! Cette conclusion est rapide et superficielle. En effet, comme je l’analysais dans cet article sur les systèmes de motivation, notre activité professionnelle et notre mode de vie général se sont radicalement modifiés. Il apparaît, certes, une diminution de la pénibilité physique mais aussi une augmentation de la pénibilité psychique. A un monde essentiellement agricole puis, avec la révolution industrielle, majoritairement ouvrier, se succède l’essor du secteur tertiaire.

De manière quelque peu simpliste, nous pourrions dire que l’agriculteur du 19ième siècle, laboure, sème et récolte que ce soit sous une pluie battante ou un soleil de plomb. L’ouvrier du début du 20 ième siècle, visse à un rythme effréné ses écrous, respectant ainsi la rigoureuse Organisation Scientifique du Travail. Le consultant ou le conseiller commercial du 21 ième siècle doit, soumis à la pression des objectifs, essuyer des refus, persévérer, convaincre, et séduire son client. L’hotesse de l’air se doit de calmer et rassurer les passagers, montrer une attitude chaleureuse et bienveillante même à l’égard des plus désagréables… Aujourd’hui, une majorité de métiers comporte une importante composante relationnelle.

Ainsi les exigences physiques se sont réduites mais les exigences cognitives (activités intellectuelles) et émotionnelles (activités relationnelles) explosent. Point amusant, c’est justement l’activité physique qui permet de consommer les toxines du stress et donc d’en annihiler les effets nocifs. Alors que le stress, source d’anxiété, perturbe nos compétences intellectuelles et relationnelles.

Parallèlement à cette transformation du travail, nous pouvons identifier avec le Dr Philippe Rodet du cercle stress-info, 3 grands facteurs qui expliquent notre vulnérabilité actuelle au stress.  (Je développerai les deux premiers points dans des articles spécifiques).

  • Une augmentation du nombre de sources de stress.

Stress : Pourquoi sommes-nous vulnérables ? [L’accélération du mode de vie] => Publication : Mercredi

  • Une diminution des facteurs de protection.

Fin de semaine prochaine, la suite de notre dossier : Stress : Pourquoi sommes-nous vulnérables ? [Les transformations du lien social] etStress : Pourquoi sommes-nous vulnérables ? [Le vide existentiel]

  • Un mode de vie, en termes d’alimentation et d’activité physique, inadapté.

Concluons cet article sur l’alimentation et l’activité physique, sources de santé et de bien être. Mais cela vous le saviez déjà. Revenons simplement à la réalité biologique. La fonction essentielle du système nerveux est de permettre à un organisme d’agir sur son environnement. Ceci afin d’assurer son intégrité physique, sa survie.  Ce qu’expliquait très bien, l’éminent neurobiologiste français, Henri Laborit. Le corps humain est ainsi conçu pour le mouvement. Mais nous avons adopté un mode de vie sédentaire. Paradoxe, lorsque tu nous tiens… Différentes recherches révèlent ainsi que pour la majorité, nous ne faisons pas assez d’activités physiques par jour.

Pourtant, l’activité physique n’a pas que des effets positifs que sur la silhouette. Elle permet de consommer certaines toxines libérées en cas de stress et conduit ensuite à une meilleure détente. Elle n’a pas besoin d’être intensive. Ainsi, il est démontré que la marche, permet déjà de réduire de manière significative le stress. L’important – comme toute chose – est de pratiquer régulièrement. Les effets conduisent également à une réduction de l’apparition de maladies notamment cardiovasculaires. On note une amélioration de l’humeur, du bien être général et de l’espérance de vie ! [3]

Quant à l’alimentation, les nutritionnistes et médecins conseillent de consommer des aliments riches en anti-oxydants naturels : huile d’olive, carotte, avocat, pamplemousse… Mais je dois reconnaître que je ne suis pas un spécialiste de la nutrition. Et ce n’est pas la politique de la maison de vendre du « 5 fruits et légumes par jour » sans avoir de solides connaissances sur le sujet… Aussi sur ce point, je vous laisse  le soin de vous documenter sur les sites spécialisés !

Je souhaite remercier Elodie Bourdu (ma soeur :) ), de me permettre d’utiliser ces très belles photographies. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ses créations : ici

[newsletter]


[1] http://www.voir.ca/publishing/article.aspx?article=37566&s

[2] Chiffres de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies. http://www.ofdt.fr/BDD/seristat/00024.htm

[3] http://www.cflri.ca/pdf/f/dr9507.pdf

Le stress, comment l’appréhender ?

Il y a peu, un ami sportif m’expliquait qu’il constatait généralement une amélioration de ses performances lors des jours de finale. Cet ami connait bien mon intérêt pour la motivation et les mécanismes du stress et son « constat » se voulait un brin provocateur. En effet, nous discutions du  stress positif et du stress négatif. Concepts, que je réfute.

Si je comprends la volonté de simplifier le phénomène du stress, il ne m’apparait pas approprié de le faire ainsi. En effet, on utilise ici notre tendance à séparer les objets ou les gens en termes de « bon » ou « mauvais ». La réalité est bien plus simple ainsi. Les studios d’Hollywood exploitent abondamment ce principe dans leurs superproductions. Ces films comprennent une poignée de « gentils » qui doivent combattre plein de « méchants » pour sauver le monde. Le scénario est facilement compréhensible. On peut alors se concentrer et profiter pleinement de l’action. Et ça peut être réellement distrayant.

Seulement le stress, ce n’est pas de la fiction.

Il est dommageable de vouloir « marketer » le stress de la même manière. Lorsque je lis un article sur un tel sujet, c’est pour m’informer et non, me divertir. La validité de l’information m’importe. Comme j’ai le sentiment, que cela peut aussi être votre cas, prenons le temps de rectifier certaines idées reçues.

Qu’est-ce que le stress ?

Il n’existe pas, d’une part, un stress « positif » et de l’autre, un stress « négatif ». Le stress est un phénomène unique. Hans Selye, un des premiers chercheurs à l’origine du concept, définit le stress comme « la réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite ». Ainsi le stress n’est pas bon ou mauvais en soi. Il correspondà la réaction naturelle de notre corps pour s’adapter à un stimulus, un danger ou encore n’importe quelle « demande » du monde extérieur. Cette réaction de l’organisme, à des stimulations pourtant différentes, se fait par la libération de substances identiques (la réponse est « non spécifique »).  Il peut ainsi être indifféremment produit par une injection de substances toxiques (source d’origine chimique), au bruit, à la vitesse, au froid (sources d’origine physique) ou encore à la perception d’un danger imminent, un avenir incertain, des tensions familiales, au travail… (sources d’origine psychique). Il est intéressant de garder à l’esprit cette définition générale parce qu’elle met en évidence, le fait que ce soit une réaction naturelle de l’organisme.

La définition, plus restrictive, de l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au travail précise qu’un « état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ». Cette définition met l’accent sur la perception, la représentation d’un déséquilibre ressources/contraintes. L’être humain stresse lorsqu’il est confronté à une situation à laquelle il pense ne pas être capable de faire face.

La première définition du stress de 1936 n’appose pas de connotation au mécanisme de stress : c’est une réponse de notre corps. Hans Selye a remarqué que cette réponse pouvait provoquer des lésions, par exemple chez des souris malmenées. Par ailleurs, ces mêmes réactions de stress ont permis à l’Homme de survivre face aux menaces du monde extérieur.  La seconde définition datée des années 2000 est connotée plus négativement ; cet état provient de la perception d’un déséquilibre. Elle précise que le stress « affecte également la santé physique, le bien être et la productivité de la personne qui y est soumise. » Alors pourquoi parle t’on de stress positif ?

Le lien entre stress et performance

Plus qu’une simplification erronée de la réalité, ce qui me gène dans le terme de stress positif, c’est l’utilisation qui en est faite. Effectivement, nous avons vu que la réaction de stress existe parce qu’elle est avant tout utile aux organismes vivants. Elle permet la mobilisation de nos ressources biologiques ( augmentation du taux de sucre dans le sang, amélioration du débit sanguin, sang enrichi en oxygène..).

Mais appréhender le stress de manière manichéenne a conduit certains consultants trop zélés à fournir aux entreprises des réponses simples, séduisantes et fausses ! Selon eux, à doses modérées, le stress est bon pour la performance. Ainsi lors d’une récente table ronde, une dirigeante d’une PME expliquait en parlant de ses salariés : « Je dois les stresser, pour obtenir des résultats ».   Le contexte de cette  discussion ? Une récente table ronde qui se déroulait autour du thème de la motivation des équipes. Effectivement, si l’on remplace le terme  « stresser» par « motiver », alors, la phrase prend sens : « Je dois les motiver, pour obtenir des résultats ». Mais que vient faire un pareil amalgame entre motivation et stress ? Si nous estimons encore que le stress peut être générateur de performance, le management par le stress – malgré ses effets destructeurs – dispose malheureusement de beaux jours devant lui.

Qu’en disent les spécialistes ?

Terminons par une étude remarquable de Colette Richard et du professeur Eric Gosselin[1]. Ils ont analysé 52 études indépendantes (de 1980 à 2006), consacrées au lien entre le stress et la performance. Les résultats portent un sérieux coup à la croyance d’un « stress optimal ». En effet, la relation curvilinéaire entre le stress et la performance, du type : la performance augmente avec un peu de stress et diminue s’il y en a trop est valable… dans 10% des cas.

Dans 15 % des situations observées, le stress n’a pas d’incidence significative.

En revanche, dans 75 % des cas, les chercheurs observent que dès que le stress augmente, la performance diminue ! Par ailleurs, une autre étude sino-américaine[2] a montré qu’un gain de sérénité améliorait sensiblement les performances intellectuelles.

[L’article étant un peu long, vous pourrez lire la réponse à mon ami, à la fin du dossier consacré au stress]

[newsletter]


[1] Eric Gosselin est professeur de psychologie du travail au Département de relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais.

[2] Institute of Neuroinformatics and Laboratory for Body and Mind at Dalian University of Technology de Dalian (Chine) et laboratoire de Psychologie de l’université de l’Oregon

Une reprise sans stress mais pleine de motivation !

Régulièrement, je suis informé que de nouveaux lecteurs s’abonnent à la newsletter du site. C’est réellement plaisant et motivant ! Merci. Mais… c’est aussi un brin culpabilisant. Par un simple clic, chers tortionnaires lecteurs, vous me rappelez que je n’ai pas mis à jour le contenu du blog, depuis bien trop longtemps. Et que vous attendez.

Aussi j’ai décidé de remédier à cela : je supprime la newsletter… je reprends une parution régulière !

Ces derniers temps, je me suis m’investis dans un important projet. Il devrait voir le jour sous peu et je vous en reparlerai plus en détail dans les semaines à venir. La bonne nouvelle, pour le site, c’est que cela m’a permis d’affiner des concepts et des outils réellement nouveaux et passionnants.

Ainsi, vous découvrirez sous un angle différent, la problématique du stress, de la motivation et la question du bien être !

A très vite !
Romain

[newsletter]

Publication dans la presse RH : des leviers de motivation qui allient bien-être et performance

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication d’une tribune que j’ai rédigé avec le Dr Philippe Rodet !

Cette tribune intitulée : « les nouveaux leviers de motivation : et si les voies de l’excellence et du bien-être étaient proches ? «  a été publiée dans la revue « Personnel » de l’Association Nationale des DRH. Nous nous sommes appuyés sur différentes études et cas d’entreprises, pour introduire trois nouveaux leviers de motivation cher à Dan Pink : l’autonomie, la maîtrise et le but.

Mais pourquoi changer de système de motivation ?

Lors du siècle dernier, les entreprises, pour augmenter la productivité de leurs salariés, pouvaient se permettre un mode de management qui utilise des leviers de motivation générateur de stress.  Ce mode management traditionnel est basé sur un système de sanctions et de récompenses financières (primes..). Il présente le mérite d’être facile à mettre en oeuvre et d’être efficace pour des tâches globalement simples et essentiellement physique. Mais lorsque les individus sont motivés par des carottes et des coups de bâtons, diverses expériences scientifiques montrent qu’ils deviennent moins créatifs, moins ingénieux et de manière générale : moins performants intellectuellement !

Aujourd’hui, dans le monde occidental, le travail  – avec la  montée en puissance du secteur tertiaire, l’automatisation des tâches simples et les  délocalisations – comprend des tâches radicalement différentes !

Les tâches sont plus complexes, davantage de l’ordre du relationnel et du service client (où il s’agit de se montrer souriant quelque soit son état intérieur !). L’environnement économique et le futur se révèlent incertains. Les nouveaux moyens de communication exigent une disponibilité et une réactivité de tous les instants ! Par ailleurs, la toxicité du stress est réduite par l’activité physique mais justement, pour la majorité des salariés, le travail d’aujourd’hui n’est plus physique mais essentiellement intellectuel.

Pareilles caractéristiques de notre environnement de travail, vous l’aurez compris,  conduisent à une énorme augmentation du niveau moyen de stress de chaque individu. Nous avons ainsi atteint notre seuil maximal de résistance au stress. Et continuer d’augmenter la performance avec un mode de management simple mais générateur de stress, amène les organisations à un niveau de mal être sans précédent. Ce malaise se traduit par des incidents graves et malheureux… Oui je parle des suicides qui touchent de plus en plus d’entreprises.

On peut se demander si il est encore possible pour les entreprises de se montrer toujours plus performantes sans en payer les pots cassés. Certains adoptent un mode de pensée cynique, que l’on peut résumer par la formulation : on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs.  Face à cela, d’autres proposent des solutions radicales visant à s’opposer à une course à la performance. Mais force est de constater que ces deux options sont aussi irréalistes, l’une que l’autre. La mondialisation oblige les entreprises à rechercher toujours plus de compétitivité. Et comment les entreprises entachées d’une réputation exécrable pourraient-elles attirer les talents ? Comment ces talents pourraient-ils être performants en étant stressés et malheureux ?

Sommes-nous dans une impasse ? Je ne pense pas. Le monde n’est pas binaire, mais complexe… et il existe une troisième voie ! L’être humain est capable de relever les nouveaux défis qui l’attendent. Mais tout comme l’électricité n’a pas été inventée en cherchant à perfectionner les bougies, nous n’obtiendrons plus de nouvelles performances avec nos anciens systèmes de motivation. En revanche, bonne nouvelle, des études révèlent des leviers de motivation insoupçonnés qui encouragent les individus à se dépasser tout en garantissant leur bien être et leur accomplissement personnel…

[newsletter]

Paris, 22 au 26 novembre : Réconcilions le Bien-être et la Performance !

Depuis une dizaine d’années, le stress et les risques psychosociaux sont devenus des sujets majeurs de la vie au travail. A l’heure où les entreprises se doivent d’être toujours plus compétitives pour faire face à une économie morose :

  • est-il possible de concilier bien-être des salariés et performances économiques ?
  • dans quelle mesure l’épanouissement et la réalisation individuels peuvent-ils être des leviers de performance collective ?
  • comment créer, ensemble, une vraie culture du bien-être dans nos entreprises ?
  • Pour mener cette réflexion, Comundi en partenariat avec le Cercle stress  info,  organise la 1ère semaine dédiée au bien-être au travail. Tables rondes, formations thématiques et ateliers pratiques pour gagner en sérénité et en efficacité seront proposés du 22 au 26 novembre à Paris.

    A noter : une conférence aura lieu le jeudi 25 novembre de 17 h 30 à 20 h 30 sur le thème  « Réconcilier bien-être et compétitivité : utopie ou réalité ?». Pour en savoir plus et vous inscrire gratuitement , cliquez ici.

    [newsletter]

    Salon Créer 2010 : la place de l’Homme, au coeur de l’entreprise

    J’ai eu la chance, la semaine dernière, d’être invité avec deux autres membres du cercle « Stress-info » au Salon Créer 2010. Rendez-vous incontournable des entrepreneurs, celui-ci propose pour sa 4ème édition, un thème qui m’est cher : la place de l’Homme, au cœur de l’entreprise.

    Organisé en trois tables rondes, la conférence s’est intéressée successivement :

  • au rapport de l’Homme à son environnement social et sociétal,
  • aux différents moyens pour placer l’homme au cœur de stratégies gagnantes,
  • et enfin aux clés pour construire l’entreprise de demain.
  • Une petite saynète introduisait chaque thématique et participait à l’ambiance détendue de la soirée. Animé par Philippe Bloch, j’ai assisté, tout au long de la soirée, à des discours rafraichissants et positifs. Il serait fastidieux de tous les énumérer ici, mais certains profils particulièrement atypique ont retenu mon attention.

    Des intervenants atypiques

    Patrick Dumoulin a présenté la société dont il est le représentant en France : Great Place to Work. Cette société interroge les salariés de différentes entreprises et mesure leur qualité de vie au travail. Initiative intéressante ; chaque année un palmarès des entreprises où il fait bon de travailler est publié. Celui de 2010 est disponible ici.

    Arnaud Garni est Directeur de la communication interne & institutionnelle chez Leroy Merlin, entreprise classée en deuxième position dans le palmarès Great place to work ! Et soulignons tout de même que pour la 6ième année consécutive, celle-ci se trouve en tête de liste des entreprises française.


    Gontran Lejeune, ancien président national du Centre des Jeunes Dirigeants et actuel directeur général de l’IPMED, nous a brillamment exposé quatre clés pour bâtir l’entreprise de demain : la clé des sous, du nous, des champs, des autres. Parmi celles-ci, il a particulièrement souhaité insister sur la confiance à offrir à ses collaborateurs.

    Philippe Rodet, auteur de « Se libérer du stress : un médecin urgentiste raconte » s’appuyant à la fois sur de récentes études scientifiques et sur quelques anecdotes à caractère humoristique, a expliqué pourquoi le bien être et la performance vont de pair ! Pour connaître l’actualité nationale et internationale sur le stress, rendez vous ici.

    Jean-François Zobrist, directeur de la fonderie FAVI, a exposé, de manière très vivante, la méthode particulièrement audacieuse qu’il a mis en place. Méthode pour le moins efficace, puisqu’elle a permis à son entreprise de devenir leader sur un marché pourtant très concurrentiel. Son système plein de bon sens et pourtant peu suivi, place les ouvriers au cœur du management. Mais laissons le chef d’entreprise vous l’expliquer avec ses propres mots: « Sur la production, pas de structure verticale, avec une multitude de « petits chefs » s’arrogeant le pouvoir, mais une organisation aplanie, dans laquelle chacun travaille pour le client et non pour son supérieur ». Sa méthode peu orthodoxe, qui a remporté de nombreuses récompenses et qui a fait l’objet d’un film est disponible ici. Par ailleurs, un article particulièrement intéressant de l’entreprise.com est visible ici.

    Pour terminer en quelques mots, j’ai appris, j’ai échangé, bref j’ai passé une bonne soirée !

    [newsletter]

    En guise d’introduction, une petite histoire !

    Voici un petit conte, assez amusant, que j’espère vous avoir joliment illustré. Celui-ci sert d’introduction à une série d’articles portant sur l’influence de notre « regard » sur notre entourage et nos collaborateurs. J’espère que vous trouverez  la lecture de cette histoire : agréable, interactive et instructive !

    Merci à toutes celles et tous ceux qui prendront la peine de me faire part de leurs remarques !

    (Le diaporama peut parfois mettre une quinzaine de secondes à se charger. Si cela dure plus longtemps, actualisez la page).

    [newsletter]